Comment pratiquer la méditation

position-meditationLa pratique de la méditation est relativement simple et accessible à presque tout le monde.
C est par contre sa simplicité qui la rend par fois compliquée car les circonstances de la vie de tous les jours ne sont pas toujours favorables: manque de lieu tranquille pour se recueillir ou sollicitation extérieures incesssantes.

Dit en quelques mots , une séance de méditation consiste à se concentrer sur la respiration pour reprendre contact avec son corps et essayer de faire cesser le bavardage interne de nos pensées, ou plutôt prendre conscience que nous sommes envahi par nos pensées et lorsque nous en prenons acte, nous nous concentrons à nouveau sur notre respiration.

Au début on souvent envahi par nos pensées et nous pensons avoir échoué, mais le succès réside dans le faite de prendre conscience que nous nous sommes égarés dans nos pensées pour se concentrer sur sa respiration, cette respiration si indispensable à la vie.

Cette invasion de notre esprit par ces pensées qui nous fatigue, nous stresse et si ces pensées sont négatives, elles nous entrainent dans la dépression.

CorrectPostureD’un point de vue pratique, choisissez une position de lotus, de demi lotus ou, plus simplement, une posture assise sur une chaise, les pieds à plat, les mains posés sur les genoux. Essayez de ne maintenir que les tensions nécessaires à votre position, les autres sont inutiles et elles mobilisent une partie de votre énergie sans raison. Une fois votre position stabilisée et maintenue avec le minimum d’efforts, concentrez-vous sur votre respiration. Il vous faut tout d’abord la rendre plus régulière, plus profonde. Là encore, c’est l’alliance du corps et de l’esprit qui est en jeu. Le premier a besoin de l’oxygène que lui apporte le souffle, le second a besoin que le corps soit dans un état tel qu’il puisse lui laisser toute latitude pour travailler, se concentrer, imaginer, etc.

Une fois votre position et votre respiration stabilisées, décomposez cette dernière. Concentrez-vous sur votre inspiration, prenez conscience de la manière dont l’air chemine en vous. Tenez votre respiration quelques secondes, sans aller jusqu’à l’inconfort. Chargez l’air de vos poumons de tout ce qui vous pèse, de vos soucis, de vos ennuis, de vos inquiétudes. Soufflez alors lentement, calmement, en ne laissant pas cet air vicié par le corps et l’esprit s’échapper mais en le chassant vous-même, consciemment et physiquement. N’inspirez pas tout de suite, mais là encore sans aller jusqu’à l’inconfort, retenez un peu votre respiration, laissez vos poumons vides quelques secondes.

Tout au long de la méditation, vous ne devez pas vous concentrer sur autre chose que votre position et votre souffle, y compris lorsque vous retenez ce dernier pour le charger. Ne vous laissez pas submerger par vos soucis. C’est votre respiration qui compte, inspiration, retenue, expiration, nouvelle retenue. Votre position, elle, ne doit pas s’affaisser, dévier de celle que vous avez adoptée au début de votre pratique. Le corps a naturellement tendance à ne plus se porter, mais vous devrez faire un effort de conscience pour ne pas vous laisser aller, pour le discipliner. Une mauvaise position pourrait en effet impliquer une mauvaise respiration, donc une méditation moins agréable et efficace. Cette école de rigueur douce est celle qui vous permettra d’être servi par votre esprit, par votre corps, plutôt que d’en devenir l’esclave et de les subir.

Enfin si vous être trop confortablement assis, vous risquez de vous assoupir. Si l on se maintient le dos droit, cela vous empêchera de vous endormir.

Pour commencer nous vous proposons ce petit exercice de médidation pour se détacher de ses pensées par Christophe André , extrait de son manuel : méditer jour après jour.